Nos Coeurs en Désaccord

Dans un contexte personnel particulier, c’est un livre qui a eu une résonnance particulière pour moi et ç’a été une lecture tellement forte qu’il fallait que je vous en parle. Nos cœurs en désaccord a été écrit par Krystal Sutherland et publié en France par les éditions Pocket Jeunesse. Pas de spoilers, je vous le promets.

L’histoire suit Henry Page, un jeune lycéen qui vit une vie tout ce qu’il y a de plus normale. Mais il est évident qu’une vie d’ado ne peut pas être tout à fait normale, et il rencontre un jour l’étrange Grace Town.

Dès les toutes premières lignes du roman, je me suis dit : « Ok, j’aime ce roman ». L’écriture m’a tout de suite attrapé par sa simplicité et son naturel. J’avais vraiment l’impression qu’Henry Page est un adolescent, ce qui est plutôt bon, puisque c’est un adolescent. Ce que je veux dire, c’est que dans beaucoup de romans, je trouve, eh bien ces adolescents font toujours un peu plus adultes. Mais pour le coup, je me suis retrouvé face à cet adolescent un peu perdu et dans lequel je me suis reconnu sur pas mal de points.

D’abord, il écrit. C’est un point facile, et il ne m’en a pas fallu beaucoup plus pour que je l’apprécie. Il est même rédacteur en chef du journal du lycée, s’il vous plait.

Ensuite, c’est un enfant. Lui et Grace Town sont des adolescents un peu fous, vire bizarre et ce sont des caractères que j’apprécie. On en revient, encore une fois, au fait que les personnages ont vraiment l’air d’adolescents qui veulent profiter de leur adolescence avant de finalement passer à l’âge adulte et c’est une partie de ce qui les rend vraiment attachants car plus réalistes, ou en tout cas plus conforme à l’idée que moi je me fais des adolescents.

Mais surtout, c’est la fin et sa réaction face aux évènements qui m’ont touché, marqué et m’ont fait dire « ce gars, c’est moi ». Durant toute la durée des cinquante dernières pages, peu importe ce que disait ou pensait Henry, les sentiments dont il parlait, je lisais et je me revoyais moi. Tout était exactement pareil, et c’est certainement ce qui me fait tant aimer cette fin : elle représente une partie de ma réalité. C’est-à-dire que pour certains, peut-être que tout ce qu’il dira ou ressentira ne sera pas vrai/possible/concevable/réel, mais pour moi, c’est exactement ça.

Et de là vient le plein d’émotions que m’a fait ressentir ce livre. Du début à la fin, on ressent évidemment quelque chose, toujours différent au fur et à mesure de l’avancement du livre, avec plusieurs questions en tête, mais cette fin est réellement touchante, et bouleversante. C’est en tout cas l’effet qu’elle m’a fait lorsque je l’ai lu.

Rarement un livre m’a laissé un tel sentiment, un sentiment que je ne peux pas réellement décrire. Mais c’est un sentiment que j’aime ressentir quand je lis, cette impression que le personnage que l’on suit depuis le départ est exactement comme nous, qu’il peut nous comprendre et qu’on peut lui parler, mais par-dessus tout qu’il peut nous apprendre quelque chose, sur les autres, sur les évènements et sur nous-mêmes.

Vous l’aurez compris, ç’aura été un vrai coup de cœur pour moi parce que ce livre est tombé parfaitement. Plus tôt ou plus tard, peut-être ne l’aurai-je pas autant apprécié.

Publicités